Florence Baillon | LA CANDIDATE | LE SUPPLÉANT
341
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-341,,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

LA CANDIDATE | LE SUPPLÉANT

FLORENCE BAILLON, LA CANDIDATE

 

Un peu d´internationalisme éloigne de la patrie; beaucoup d´internationalisme y ramène. »

Jean Jaurès

 

D´une famille d´enseignants socialistes et laïques, Florence Baillon, née en 1967 dans l´Essonne, a participé activement dès le début de ses études universitaires à l´UNEF-ID. Titulaire d´un doctorat en littérature latino-américaine de femmes, elle s´installe en 1999 en Equateur, avec son mari originaire de Quito et son fils, sa fille naitra sur place, trois ans plus tard. Elle devient binationale par choix en 2009. Elle est rapidement contactée par les sections PS et ADFE, devenant présidente de cette dernière pour les années à suivre.

Parallèlement, elle évolue dans sa vie professionnelle : d´abord enseignante de littérature à l´université et professeur de français (elle possède également une licence de FLE), elle est embauchée comme attachée de coopération éducative et universitaire par l´Ambassade de France. Sous le gouvernement de Rafael Correa, elle travaille comme conseillère en relations internationales et coopération auprès de la Ministre de la Culture, puis du Ministre de l´Enseignement Supérieur. Bilingue, elle a publié diverses traductions littéraires.

Elue conseillère Consulaire Français du Monde- ADFE, elle s´attache à rendre visible l´Amérique Latine et les Caraïbes, tant au sein des instances de Français du Monde que de la Fédération des Français de l´Etranger du PS. Elle assure parallèlement les permanences pour recevoir les compatriotes, aussi bien à Quito qu´en province. Pour cet engagement auprès de la communauté française, elle a été élevée à la dignité de Chevalière de l´Ordre national du mérite, recevant cette reconnaissance du Ministre des Français de l´Etranger, Matthias Fekl en personne, en 2014.

Elle est souvent invitée à participer à des conférences, et des émissions de radios, d´ailleurs en 2010 elle recevra pour son livre le prix Manuela Saenz de la Municipalité de Quito dans la catégorie « meilleur essai sur un sujet lié aux femmes ». Elle donne des cours ouverts en littérature et publie des articles dans ses deux domaines de spécialisation, la littérature contemporaine et les thématiques liés aux femmes.

Ses diverses fonctions l’ont amenée à se déplacer dans la plupart des pays d’Amérique Latine pour des projets de coopération culturelle et universitaire (Colombie, Chili, Argentine…).

CECILIA URZUA, LE SUPPLÉANT

(Connue également comme « Cecilia Pallamar»)

Assistante Sociale, formatrice et licenciée en Sciences de l’Education en France, Présidente de l’association des Francais du monde – ADFE Chili, cohérente avec ma vocation de Service Public, j’ai pris la décision d’accompagner aujourd’hui Florence Baillon dans sa candidature à notre circonscription pour les législatives des 03 et 17 juin. L’objectif est de veiller à assurer la défense de vos intérêts et de vos droits.

C’est donc avec un grand plaisir que je m’adresse à vous : aux français résidents sur le continent Américain. Pendant plus de 15 ans, j’ai été au service du Département des Yvelines en France en tant qu’assistante sociale socio-éducative et du 4 juillet 1989 et durant 17 ans, à l’Ambassade de France au Chili. J’ai eu le privilège de vous connaître et de me rendre compte des grandes difficultés que nous rencontrons à l’étranger, difficultés d’insertion, précarisation et paupérisation d’un nombre croissant de Français vivant hors de France. J’ai travaillé avec un engagement profond pour aider les personnes, les familles ou les groupes et associations connaissant des difficultés sociales et leur permettre de restaurer leur autonomie, faciliter leur vie et leur insertion.

Bi-nationale comme la plupart des français de l’étranger, je suis restée au Chili, militante de l’association des Français de l’étranger, j’en ai tout d’abord assumé les fonctions de trésorière, avant d’en assumer la présidence en 2014. Tout au long de mes engagements, j’ai été soucieuse de toujours veiller au respect de la démocratie en m’attachant à faire travailler toutes les sensibilités, à œuvrer pour le rassemblement de la communauté française, pour le progrès social, pour le droit de l’enseignement français à l’étranger et pour le rêve de tous ceux qui, depuis tant d’années, luttent pour le respect des droits des Français de l’étranger.

 C’est un moment difficile, la politique a perdu sa crédibilité, mais soyez sûrs que nos engagements sont authentiques et que, forts de nos convictions socialistes, nous saurons être à hauteur de votre confiance.